0
0



by: Stephanie Lamy

Dans le but de limiter les risques liés à la sécurité du pays, le gouvernement irakien d’Al Maliki a restreint depuis le 13 Juin 2014 l’accès à certains sites Internet et réseaux sociaux, ordonné aux fournisseurs d’accès Internet à bloquer les réseaux privés virtuels (VPN) et a demandé aux opérateurs de téléphonie mobile d’arrêter la le transfert de données. Internet Sans Frontières condamne cette attaque contre les libertés et les droits fondamentaux du peuple irakien, et estime que de telles mesures pourraient se révéler contre-productives pour le gouvernement irakien. [Liens vers des articles en anglais, sauf indication contraire]

Le 13 Juin, le gouvernement irakien a ordonné le blocage de plusieurs sites internet et réseaux sociaux   (fr), tels que Facebook, Twitter et Youtube, dans cinq provinces, dans le but d’empêcher la publication en ligne par le groupe l‘Etat islamique en Irak et al-Sham (ISIS / ISIL) de contenu sensible, susceptible d’amplifier le conflit sectaire qui mine le pays. Le groupe militant djihadiste, présent en Irak depuis 2004 sous la bannière Al Aqaida, et en Syrie, a consolidé son contrôle de vastes régions sunnites en Irak, y compris les grandes villes de Mossoul et Tikrit, au cours d’une avancée militaire rapide ces 5 derniers jours.
Depuis sa création, l’ISIS / ISIL utilise efficacement les réseaux sociaux afin de s’attirer un soutien international en diffusant sa propagande (comme analysé par JM Berger), et de recruter essentiellement des combattants étrangers. C’est le cas par exemple avec cette campagne multilingue en cours, pour son prochain rassemblement mondial prévu vendredi 20 juin 2014.Bien que le blocage de sites a été officiellement levé le 14 Juin 2014, le site Mashable rapporte   que les principales plateformes de réseaux sociaux sont restées inaccessibles le lundi 16 Juin. 
 
Selon une traduction faite par Daily Dot du document   signé par le Ministère des communications, les fournisseurs d’accès à Internet ont reçu l’ordre de couper tout accès Internet dans les régions d’Anbar, Diyala, Kirkouk, Ninive, et les provinces Salahuddin, maintenant contrôlées par l’ISIS, la région autonome kurde, ainsi que dans les zones dans lesquelles des opérations militaires irakiennes sont en cours. Facebook, Twitter, YouTube, Skype, Tango, WhatsApp, Viber et Instagram sont tous interdits. Les irakiens se sont de plus en plus tournés vers Whisper, une application mobile, pour contourner cette censure. Celle-ci pourrait également être interdite, puisque le gouvernement a demandé aux opérateurs de téléphonie mobile de bloquer le transfert de données

Le blocage d’Internet n’a pas réussi à endiguer le flot de la propagande ISIS, pas plus qu’il ne semble avoir perturbé la capacité de mobilisation d’ISIS .

 

Les mesures d’urgence mises en œuvre par le gouvernement irakien ne sont pas seulement liberticides, mais elles peuvent aussi se révéler contreproductives à long terme. 

– Permettre la liberté d’expression est nécessaire non seulement pour contrer la propagande djihadiste et fournir des points de vue indépendants au public irakien et international, mais il ouvre aussi des voies de communication que le gouvernement devrait saisir pour développer la confiance et informer ses citoyens ;
– La liberté de réunion en ligne permet aux citoyens ordinaires de soutenir les fragiles institutions de l’Etat et organiser les efforts civils, des aides et des campagnes de financement indispensables pour gérer la catastrophe humanitaire imminente – en particulier le nombre important de personnes déplacées dans les provinces, qui ne peuvent plus accéder à Internet du fait du blocage;
– Garantir la connectivité sans entrave à ses citoyens est un signe de bonne gouvernance. En tentant d’interdire l’accès au cyberespace – interdiction qui a été mise en œuvre par certains, mais pas tous les FAI et opérateurs mobiles – l’administration Al Maliki peut involontairement démontrer son manque de cohérence et de contrôle, perdant ainsi – au nom du peuple irakien – la guerre menée dans le domaine de l’information contre la menace sécuritaire qui pèse sur le territoire.
Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, que l’Irak a signé et ratifié, proclame “le droit à la liberté d’expression”, qui comprend “la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou sous la forme de l’art, ou par tout autre moyen “. Selon ce traité, qui est consacré par l’article 40 de la Constitution irakienne, la liberté d’expression ne peut être restreinte que par la loi et seulement lorsque cela est nécessaire.
Être capable de communiquer sans entrave est vital pour les citoyens, d’autant plus dans les zones de conflit armé. Le blocage – total ou partiel – d’Internet commandés par des gouvernements effrayés semble devenir une tendance inquiétante dans les zones de guerre. En mai 2013, par exemple, quelques jours après avoir subi une attaque aérienne dans la banlieue de Damas, le régime de Bashar El Assad a fermé tout accès à l’Internet syrien pendant 19 heures.

 

L’ordre du gouvernement irakien de bloquer Internet ainsi que les réseaux sociaux les plus populaires et les données mobiles apparaît disproportionné. Internet Sans Frontières condamne cette attaque contre les libertés et les droits fondamentaux du peuple irakien et dénonce une décision contreproductive.
Dans une étude réalisée en 2012   (fr) par Renesys sur les pays les plus susceptibles de se déconnecter d’Internet, L’Irak était considéré comme un pays à faible risque. 
Le taux de pénétration d’Internet  en Irak est le plus faible de la région: selon OpenNet Initiative. Il y avait 2,5 millions d’utilisateurs en Décembre 2012 – environ 8% de la population.
Plus de 80% des Irakiens ont un téléphone mobile.

 

Analyse de l’utilisation d’Internet en Irak:Juin 2013 – Almas Heshmati, Firas H. Al-Hammadany, Ashraf Bany-Mohammed 
http://www.irex.org/search/apachesolr_search/iraq%20internet    
  
Designing and implemention Iraqi E-government Front Office Online System http://www.scientificpapers.org/wp-content/files/1447_Hayder_Sabah-Designing_and_Implementation_Iraqi_E-Government_Front_Office_Online_System.pdf

Liens utiles :

Institute for War and Peace Reporting    – Iraq 
Réseau irakien pour les réseaux sociaux (Iraqi Network for Social Media) http://insm-iq.com/    #INSM_iq et cette liste d’utilisateurs Twitter intéressants   
Lien vers la page Facebook du Hackerspace “Fikra Space   fondé par Ali Ismail, Bilal Ghalib  
Iraqi Technological Academy  
iRQLinux  
Iraqistreets.com 
digital-resistance.com  
Institute for the Study of War – Iraq Updates  


Source( Views | 11744 | عدد المشاهدات )

Print Friendly